Du théâtre comme vous n'en avez jamais vu: The Great Gatsby

woensdag, 17 juli, 2019 - 16:00

Une pièce de théâtre dans laquelle le public est un personnage à part entière, voici ce que vous propose le spectacle The Great Gatsby. Pour en savoir un peu plus sur cette expérience unique, nous avons rencontré les quatre acteurs flamands qui tiennent les rôles principaux.

                                                                                                              Texte Ruben Nollet / Photos Johannes Vande Voorde

Comment qualifier notre adaptation de Gatsby le Magnifique ?, se demande l'actrice Veerle Malschaert. « Il est difficile de donner une définition exacte. Une comédie musicale ? Une pièce de théâtre ? Du théâtre interactif ? C'est en tout cas un spectacle unique en Belgique, dans lequel chaque spectateur peut participer à l'histoire à sa façon. Tirée du roman de F. Scott Fitzgerald, écrit en 1925, et adaptée plusieurs fois au cinéma (notamment avec Robert Redford puis Leonardo DiCaprio), l'histoire a conquis le monde entier. Dans cette pièce de théâtre, vous ferez pour ainsi dire partie des convives invités à l'une de ces fêtes extravagantes organisées par le richissime playboy Jay Gatsby.

Pendant la représentation, vous plongerez dans l'ambiance des années 1920 – il est d'ailleurs fortement recommandé de s'habiller à la mode des années folles – et ferez la connaissance des autres personnages qui vous entraîneront dans différentes pièces pour vous raconter une partie de l'histoire. Vous apprendrez ainsi que Gatsby et Daisy ont vécu une histoire d'amour passionnelle, avant de se perdre de vue. 

Daisy a finalement épousé le riche Tom Buchanan. Gatsby s'est lié d'amitié avec son nouveau voisin Nick. Nick rencontre la cynique Jordan, qui lui révèle que Tom trompe Daisy avec la sensuelle Myrtle. Les intrigues se succèdent et les personnages s'affrontent au milieu des spectateurs. 

Ce spectacle hors du commun a été créé en Angleterre où il s'est joué pendant trois ans à guichets fermés. Après avoir conquis pendant plusieurs mois le public à Bruxelles, la version belge débarquera cet été à Knokke-Heist. L'adresse ne vous sera dévoilée que quelques jours avant la fête, mais nous pouvons déjà vous dire qu'il s'agira d'une magnifique villa située dans le centre-ville. Le bâtiment dispose également d'un jardin pour l'apéritif et l'afterparty. En attendant, nous avons déjà posé quelques questions aux quatre acteurs flamands qui tiennent les rôles principaux : Emelien Raats (qui interprète le rôle de Daisy), Katja Retsin (Jordan), Veerle Malschaert (Myrtle) et Timo Descamps (Gatsby).

 

À quoi pourrait-on comparer le spectacle The Great Gatsby ?
Veerle Malschaert : « À rien ! C'est ce qui rend l’expérience si intéressante. Jamais une telle pièce n'avait encore été jouée en Belgique. Nous entraînons les spectateurs dans une histoire. Mais pour comprendre ce qui se passe, vous devez vraiment vivre l'histoire. »
Emelien Raats : « Les spectateurs ressentent de vraies émotions. »
Timo Denys : « Le public interagit avec nos personnages et influence parfois leurs actions ou décisions. »
Emelien : « Parfois, le spectacle incite même les gens à prendre certaines décisions dans leur propre vie. Lors de l'une de nos premières représentations, quelqu'un est venu vers moi et m'a dit ‘Daisy, vous m'avez fait réfléchir à l'amour’. Je ne savais pas quoi lui répondre. Il nous est déjà arrivé des choses complètement dingues. »
Veerle : « Mais c'est aussi une pièce de théâtre de qualité. C'est bien plus qu'une fête extravagante ou un spectacle divertissant. »

Il est demandé au public de s'habiller dans le style des années 1920. Les gens jouent-ils vraiment le jeu ?
Katja Retsin : « On s'attendait à rencontrer une certaine résistance de la part du public. Mais c'est tout le contraire qui s'est produit. C'est incroyable. »
Veerle : « 80 à 90 % des spectateurs viennent effectivement déguisés. Ce fut le cas dès les premières représentations. Les gens arrivent très bien habillés. C'est vraiment magnifique. »
Emelien : « C'est presque gênant parfois, car ils sont souvent mieux habillés que nous. » (rires)
Veerle : « Ils ont déjà franchi le pas de venir nous voir. Un peu comme des figurants, certains font littéralement partie de l'histoire. »
Katja : « Soyons clairs : le public peut participer et interagir avec nous, mais ce n'est pas une obligation. À de nombreux moments, il est tout à fait possible de rester en retrait et de profiter du spectacle sans prendre part à l'action. »
Timo : « Dans ma famille, certaines personnes hésitaient à venir, redoutant précisément ce côté interactif. Je leur ai promis qu'elles ne se sentiraient pas mal à l'aise. Elles ont finalement décidé de venir et étaient très enthousiastes à l'issue de la représentation. »

Vous avez déjà joué la pièce une trentaine de fois. Quelles sont les principales différences entre la première représentation et la dernière ?
Timo : « L'interaction avec le public. Nous avons dû nous y habituer. Nous avons répété pendant deux mois avec les comédiens de la version française, en essayant de nous mettre à la place du public. Mais lorsque nous avons joué pour la première fois en public, ce fut une tout autre expérience. »
Emelien : « Après quelques représentations, j'avais l'impression que nous étions vraiment entrés dans la peau des personnages. Nous pouvions enfin laisser place à l'improvisation. »
Katja : « Nous nous sommes habitués à différents types de publics. Certaines personnes se laissent facilement emporter dans l'aventure et prennent beaucoup de plaisir à vivre l'histoire. D'autres boivent parfois un verre de trop... » (rires)
Timo : « Certains sont au contraire très timides et n'osent pas interagir avec nous. »
Katja : « Ou sont très exubérants. »
Emelien : «Je me suis déjà retrouvée face à des personnes très émotives. »

Avez-vous déjà vécu des moments insolites avec le public ?
Veerle : « Il y a une scène dans laquelle mon personnage défie le spectateur au jeu ' Action ou Vérité '. 

 

J'ai alors demandé à une femme de faire semblant de monter à cheval sur le dos de son mari, quand tout à coup celui-ci s'est mis à lui grimper dessus... » (rires)
Timo : « Il s'était un peu trop laissé aller. »
Veerle : « Rassurez-vous, c'est resté dans des limites tout à fait acceptables, mais c'était assez explicite. On a bien le droit de pimenter un peu les choses. »
Emelien : « Il m'est arrivé exactement le contraire. J'étais assise avec quelques femmes qui venaient d'apprendre que mon mari me trompait. À un moment donné, elles se sont toutes mises à pleurer avec moi. Je leur demande toujours si elles ont vécu une expérience similaire et ce qu'elles pensent de la situation. Cela délie les langues. »
Katja : « Avec moi, il s'agit surtout d'intrigues et de secrets. Je raconte toutes sortes de choses sur les autres. Je demande aux spectateurs de me dire ce qu'ils savent, où ils sont allés et ce qu'il se passe. Parfois, ils laissent alors libre cours à leur imagination. C'est très amusant de voir comment toutes les pièces s'imbriquent comme dans un puzzle. »
Emelien : « Bizarrement, tout le monde répond honnêtement à la question de Jordan, le personnage interprété par Katja alors que personne n'ose rien dire à mon personnage, Daisy. Du coup, ils ne savent presque rien de moi. Les gens se laissent emporter par l'histoire. »
Veerle : « Chaque spectateur vit une expérience différente. »

Qu'est-ce qui vous plaît le plus ?
Katja : « Quand tout s'imbrique parfaitement. Chacun a vécu des choses amusantes et partage ses expériences. Nous jouons ensemble, sans forcément nous voir. C'est ce qui fait la particularité de la pièce. Il n'y a pas de scène. »
Timo : « Veerle et moi ne nous croisons quasi jamais » (rire) « Nous n'avons aucune scène ensemble. »
Emelien : « Ce spectacle est très différent des autres pièces de théâtre. C'est très stimulant de savoir que le public s'est laissé embarquer par l'histoire. »
Veerle : « Les spectateurs deviennent des acteurs à part entière. Bien qu’ils ne soient pas tous au coeur de l'action, ils nous transmettent leur énergie (et inversement). Chaque soir, c'est différent même si la représentation reste la même, que le public soit timide ou exubérant. La plus belle récompense, c'est lorsque les gens explorent toutes les facettes de la pièce : les moments d'intense émotion, l'ambiance festive et les scènes dramatiques. Certains en sortent la gorge serrée. Car la deuxième partie de la pièce est plus dramatique. C'est loin d'être une fête sans conséquence. Personne n'en sort intact. »

Qu'attendez-vous du déménagement vers Knokke ?
Veerle : « Je suis impatiente de découvrir les nouveaux lieux. Ce sera quelque chose de complètement nouveau. À Bruxelles, le spectacle était présenté au casino. Cette fois, nous accueillerons nos invités dans 'notre' villa, ce qui fait déjà une sacrée différence. À l'issue du spectacle, le public pourra s'entretenir plus facilement avec les acteurs. Il y aura aussi un jardin, ce qui sera très agréable lors des soirées d'été. J'ai hâte d'y être ! »

Quels conseils donneriez-vous aux spectateurs ?
Emelien : « Venez en groupe, à 6 ou 7 personnes. Ne restez pas ensemble, mais séparez-vous afin que chacun découvre une autre facette de la pièce. »
Veerle : « Déguisez-vous ! »
Emelien : « Laissez tomber votre smartphone. Osez faire ce que vous ne feriez pas habituellement et vous vivrez une formidable soirée. Et nous aussi. »
Timo : « Et buvez un verre... » (rires)

LEURS LIENS AVEC KNOKKE-HEIST
Pendant 4 semaines, les acteurs flamands de The Great Gatsby donneront le meilleur d'eux-mêmes, 5 soirs par semaine, dans une villa à Knokke-Heist. Mais connaissent-ils vraiment bien notre ville ?

Timo Descamps : « Par le passé, je suis souvent venu avec mes parents dans la réserve du Zwin. C'est assez proche. »
Veerle Malschaert : « Mon premier amoureux avait une tante très riche qui possédait un bel appartement à Knokke. J'avais 16 ans à l'époque. J'ai flâné plusieurs fois sur la digue... Je me souviens aussi de quelques soirées endiablées au Casino... »
Emelien Raats : « Je dois avouer que je ne connais pas bien Knokke, mais je suis ravie de pouvoir poursuivre notre aventure en ces lieux. »
Timo : « J'espère que le beau temps sera au rendez-vous, afin de pouvoir passer les journées à l'extérieur. Le soir, il peut pleuvoir, ainsi les gens viendront nous voir ! Croisons les doigts. »
Katja Retsin : « J’aime la côte mais je ne connais pas bien Knokke-Heist. Je sais en revanche qu’on y trouve de fantastiques bars de plage. »

The Great Gatsby, du 10 juillet au 4 août en néerlandais et du 6 au 18 août en français, toujours du mercredi au dimanche dans un endroit gardé secret à Knokke-Heist.

Plus d'infos et tickets